Actus et Communiqués de Presse

24/04/2019

Epargne des ménages : les dépôts à vue au plus haut depuis 2009

A fin 2018, ils ont atteint un encours record de 422 milliards d’euros. C’est l’un des enseignements du bilan des placements financiers des français présenté le 11 avril lors du rendez-vous trimestriel sur l’épargne organisé par les équipes Etudes et Prospective de BPCE.

En matière d’épargne, les dépôts à vue ont véritablement la côte auprès des ménages. Les Français ont ainsi déposé plus de 33 milliards d’euros sur leurs comptes bancaires en 2018. Un montant au plus haut depuis 2009 et supérieur à celui déposé sur les Livrets A et Livrets Développement Durable et Solidaire, pourtant en net regain. Résultat : les dépôts à vue affichent à fin 2018 un encours record de 422 milliards d’euros. Et rien ne semble venir contrarier ce mouvement. "Les dépôts à vue ont représenté plus de 80 % de l’effort net de placement des ménages en 2018",a d’ailleurs souligné Eric Buffandeau, directeur adjoint des études économiques à BPCE.

Une défiance toujours plus grande

Les raisons de cet engouement ? "La remontée de l’inflation en 2018 qui conduit à vouloir préserver la valeur des encaisses réelles mais aussi les taux bas de de la Banque centrale européenne qui engendrent l’attentisme des ménages compte tenu des faibles rendements offerts par les placements rémunérés", explique Eric Buffandeau.

"Ces choix interviennent dans un contexte de réduction progressive de l’exposition au risque des ménages : face à des marchés jugés trop opaques et trop compliqués, les Français ont massivement délaissé les titres", ajoute quant à lui Alain Tourdjman, directeur des études économiques à BPCE. Pour preuve, jamais la décollecte nette sur les OPC, les actions détenues en direct ou les obligations n’a été aussi marquée : 35,1 milliards d’euros, un niveau historique.

Seule l’assurance-vie "perçue comme un support plus sûr" semble trouver grâce aux yeux des ménages avec une collecte nette de 22,8 milliards d’euros en 2018 contre 8,3 milliards en 2017.

Et pour 2019 ? "Les flux de placements devraient nettement progresser sous l’effet des gains importants de pouvoir d’achat et les niveaux de taux devraient continuer à favoriser les produits liquides et l’assurance-vie", précise Eric Buffandeau. "Qu’il s’agisse des dépôts à vue ou de l’assurance-vie, les deux premiers mois de l’année confirment ces tendances",souligne Alain Tourdjman. Leur succès semble donc devoir durer.